Bernard Stiegler – Crise du désir – Entretien

Publié dans Désir | Laisser un commentaire

Jean-Luc Mélenchon – Esprit de campagne #0

Publié dans Jean-Luc Mélenchon | Laisser un commentaire

#1 Le Bulletin de François Ruffin : mon bureau, les hirondelles, casseroles & AVS

Publié dans Politique | Laisser un commentaire

Jean-Luc Mélenchon : « La guerre en Syrie n’est pas une guerre de religion » – France Inter – Léa Salamé

Publié dans Jean-Luc Mélenchon | Laisser un commentaire

L’autre est-il un enfer ? – Les Grandes questions

Publié dans Anthropologie, Mimétisme, Passions, Philosophie, Polémos, René Girard | Laisser un commentaire

Les 10 premières mesures de Jean-Luc Mélenchon à l’Élysée – ONPC

Publié dans constituante, Jean-Luc Mélenchon, Sixième République | Laisser un commentaire

Jean-Luc Mélenchon – On n’est pas couché – 10 septembre 2016

Publié dans constituante, Jean-Luc Mélenchon, Sixième République | Laisser un commentaire

La jalousie est-elle géométrisable ? : Jean-Pierre Dupuy sur France culture

Publié dans Désir, Désir triangulaire, René Girard | Laisser un commentaire

Jean-Luc Mélenchon – « Il y a un intérêt général humain »

Publié dans Anthropologie, Intérêt général humain, Jean-Luc Mélenchon | Laisser un commentaire

Vita nova : l’instance du Roman est la vérité des affects, non celle des idées.

« Il arrive un moment où ce qu’on fait est voué à la répétition.
Et survient un événement qui va déterminer une mutation, un renversement de paysage que j’ai appelé le « milieu de ma vie ».
Il faut que je choisisse ma dernière vie, ma vie nouvelle, ma « vita nova ».
Ce moment de vérité implique une reconnaissance du pathos.
Je lis un peu partout que c’est une sensibilité très « moderne » que de « cacher sa tendresse ».
Toute une morale, aujourd’hui méprise et condamne l’expression du pathos.
Pourtant l’instance du Roman est la vérité des affects, non celle des idées : il n’est donc jamais arrogant.
Ce Roman utopique il m’importe de faire comme si je devais l’écrire.
Peut-être est-ce finalement au coeur de cette subjectivité, de cette intimité, que je suis scientifique sans le savoir, tourné confusément vers cette Scienza Nuova dont parlait Vico : ne devra-t-elle pas exprimer à la fois la brillance et la souffrance du monde, ce qui, en lui, me séduit et m’indigne ? ».
Roland Barthes

Publié dans Utopie | Laisser un commentaire